les attaques malveillantes en hausse de 81%

Rapport: les attaques malveillantes en hausse de 81%

Les attaques malveillantes commises par des cybercriminels ont augmenté de 81% en 2011, selon un récent rapport.

Les plateformes mobiles telles que le système d’exploitation Android de Google sont une cible de choix, comme le montre le rapport de Symantec. Et sans surprise, les réseaux sociaux sont de plus en plus attaqués.

En 2011, les chercheurs ont identifié 403 millions de variantes uniques de code malveillant, un chiffre astronomique!

Voici quelques conclusions de ce rapport:

Le nombre de vulnérabilités mobiles a augmenté de 93% en 2011, une hausse qui coïncide avec celle des utilisateurs de smartphones et tablettes.

Plus de 50% de ces attaques ciblent les entreprises de moins de 2500 employés et près de 18% ciblent celles de moins de 250 employés. D’après les analystes, l’une des raisons pouvant expliquer le ciblage de ces entreprises est qu’elles se situent dans la chaîne logistique de sociétés plus grandes et sont moins bien protégées.

De plus, 60% des attaques ciblent le personnel non-dirigeant, à savoir des employés des ressources humaines, des relations publiques et de la vente – notamment parce que ces employés s’avèrent simples à identifier en ligne.

Dans le même temps, environ 5% des e-mails professionnels contenaient un logiciel espion.

Le rapport a également mis en évidence une envolée des cas de fuite de données entre 2010 et 2011, avec 1,1 million d’identités volées à chaque faille de sécurité l’année dernière, exposant plus de 187 millions d’identités.

Les pertes de smartphones, tablettes et clés USB, ou d’autres périphériques de sauvegarde, en sont la cause la plus fréquente. Au total, 18,5 millions d’identités ont été ainsi exposées en 2011.
Le rapport a montré une évolution positive: la baisse des spams, qui représentaient 88% du volume total des e-mails en 2010 et 75% en 2011. Les experts attribuent cette baisse au fait que les autorités ont démantelé l’un des plus grands réseaux de zombies envoyant des spams dans le monde.

© National Security Institute, Inc.